Maux de tête, migraines, vertiges : pourquoi consulter un ostéo ?

Le domaine de compétences de l’ostéopraticien est vaste, étant donné qu’il peut prendre en charge presque toutes les maladies et leurs symptômes de façon curative ou préventive. Les maux de tête sont parmi les atteintes qu’il a l’habitude de traiter, mais dans quelle mesure et quelle est son efficacité ?

Pourquoi souffrons-nous de maux de tête et de vertiges ?

Les maux de tête sont de diverses natures, même s’ils se localisent tous au même endroit. La migraine, par exemple, est une atteinte d’une seule moitié de la tête, d’une douleur souvent intense.
Se manifestant par des crises, elle s’aggrave au moindre effort physique et est parfois accompagnée de nausées. Elle est différente d’une simple céphalée qui touche les deux régions et dont la douleur est plus modérée. Il existe aussi des maux de tête sans douleur, mais incapacitants, comme le vertige ou les acouphènes.
Les causes de ces souffrances sont néanmoins semblables. Le patient peut avoir un dysfonctionnement au niveau de son système circulatoire ou vasculaire, ou encore des compressions nerveuses. Migraines, céphalées et vertiges peuvent aussi provenir d’une alimentation non équilibrée et d’un mode de vie malsain (fatigues récurrentes, consommation trop fréquente d’alcool…).
Enfin, les maux de tête peuvent être issus d’un dysfonctionnement articulaire, provoquant des tensions musculaires, ou d’une mauvaise vascularisation crânienne. D’autres facteurs sont en lice : médication, défaut du métabolisme, émotions, troubles hormonaux, etc.

Procédés ostéopathiques contre les maux de tête

Le praticien met en œuvre son traitement sur la base d’un bilan ostéopathique (anamnèse, examen statique, tests palpatoires, etc.). Il peut ainsi établir le type de maux de tête et les implications entre les différents organes dans l’apparition de la maladie.
Plusieurs techniques sont réalisées de façon isolée ou complémentaire. Les manipulations crâniennes touchent les os et les articulations. La manipulation viscérale concerne principalement les organes génito-urinaires. Par ailleurs, la méthode structurelle touche les colonnes vertébrales et toute l’ossature du dos.
L’objectif est de permettre une bonne vascularisation crânienne et une optimisation du mode de distribution des nerfs. À noter que le traitement est individuel. Il est établi en fonction du profil du patient. Il arrive, par ailleurs, que certaines situations ne permettent pas à l’ostéopathe d’intervenir, du moins d’emblée.

À quel moment faut-il s’adresser à l’ostéopathe ?

Il est avant tout nécessaire de savoir à quel type de maladie on a affaire, sachant que parfois, un bol d’air frais suffit à faire disparaître la douleur.
On peut ensuite appeler l’ostéopathe quand certaines maladies ou fragilités empêchant la mise en œuvre de la pratique ostéopathique sont écartées. On peut citer la hernie discale aigüe, l’AVC, le traumatisme crânien, la néphrite aigüe ou encore les atteintes impliquant la colonne rachidienne.
Enfin, selon l’âge et l’état du patient, certaines pratiques comme les techniques de manipulation cervicale appelées « Trust ou HBVA » peuvent être inapplicables. Nous vous invitons donc à consulter les contre-indications de l’ostéopathie avant de prendre rendez-vous. Mis à part ces cas, il est possible de faire appel à un ostéopathe à tout moment.